Plan d’intervention

Plan d’intervention sur la sécurité dans le Chapitre HOG Montréal #9999

Dans la société d’aujourd’hui, où la conscience collective s’éveille à la sécurité des personnes, des membres, des clients et cela dans toutes les entreprises, les sociétés, les commerces et autres, des plans d’actions, des plans d’interventions sur la sécurité des gens émergent un peu partout. Ce qui est une bonne chose pour les usagers et cela dans toutes les sphères de la société.

Nous, le chapitre HOG Montréal, organisme sans but lucratif, club de motos Harley-Davidson dont les membres partagent la même passion, parrainé par monsieur Charles Gref, Président de Harley-Davidson Montréal, appliquons depuis la création du club, des règles de sécurité lors de toutes nos activités, que ce soit des randonnées, des brunchs, des soirées et autres. Ces règles ne sont là que pour assurer à nos membres de pouvoir profiter pleinement et en toute sécurité du plaisir de partager ces activités.

Nous sommes rendus à une nouvelle étape, et nous sommes conscients que nos règles ne nous mettent pas à l’abri d’un incident malheureux. Il serait prévoyant d’ajouter à nos règles un plan d’intervention lors de nos activités du chapitre.

Ce plan d’intervention nous permettrait d’agir rapidement et d’utiliser tous les services à notre portée pour assurer la sécurité de nos membres. Les services en question; comme la police, les pompiers, le remorquage de moto, les concessionnaires environnants peuvent nous aider lors d’un incident pendant une activité du chapitre. Le stress engendré lors d’incident retarde nos actions. Un plan d’intervention en place dans notre chapitre, combat le stress et permet aux intervenants d’agir rapidement pour la sécurité de tous.

Chapitre HOG Montréal

Avertissement et mise en garde concernant ce document : L'information et la documentation sont publiées dans un but d'information générale. Elles ne doivent en aucun cas être considérées comme une réponse à toute situation, mais à titre informatif. Veuillez noter que les directives d’interventions offertes sur le présent document ont été préparées uniquement dans un but d’assurer la sécurité des membres du Chapitre HOG Montréal. Malgré le soin considérable apporté à la préparation du présent document, l’auteur décline toute responsabilité quant à l'exactitude ou la fiabilité de l'information. Une partie de l'information figurant sur le présent document provient de sources externes. L’auteur n'est pas responsable du caractère exact, fiable ou à jour de l'information fournie par des sources externes. L'utilisateur soucieux de la fiabilité de l'information devrait consulter directement la source de l'information. La présente stipulation s’applique aux questions-réponses affichés dans le document. Voir références.

Dans les lignes suivantes il vous sera proposé des actions à prendre lors d’incidents;

Actions à prendre lors d’un incident pendant une activité :

Événement mineur à l’arrêt (mécanique) :

  • Vérification de la situation (panne)
  • Évaluation de la panne
  • Communication avec les services de dépannage
  • Un officier volontaire (balayeur si aucun ami) pour rester avec le membre jusqu’au dénouement de la situation
  • Réorganisation des groupes
  • Poursuite de la randonnée

Événement mineur en route (mécanique) :

  • Arrêt d’une moto en cours de randonnée
  • Arrêt du balayeur du même groupe avec le membre en difficulté
  • Arrêt du groupe complet dans un endroit sécuritaire par le capitaine de route
  • Vérification par le balayeur de la sécurité (emplacement) dans la situation en cours et correction s’il y a lieu
  • Évaluation de la panne
  • Communication (téléphonique) avec le groupe pour informer de la situation
  • Communication avec les services de dépannage si nécessaire
  • Support du membre jusqu’au dénouement de la situation
  • Réorganisation des groupes
  • Poursuite de la randonnée

Événement mineur à l’arrêt (physique) :

  • Évaluation de la situation et l’état physique du membre
  • Évaluation de la situation et la sécurité des membres
  • Proposer la trousse de 1er secours
  • Si la situation le nécessite, appeler les services d’urgence santé (911)
  • Un officier doit rester avec le membre jusqu’à l’arrivée des services d’urgence et jusqu’au dénouement de la situation
  • Réorganisation des groupes et poursuite de la randonnée avec le groupe

Événement mineur en route (physique) :

  • Arrêt d’une moto en cours de randonnée
  • Arrêt du balayeur du même groupe avec le membre en difficulté
  • Arrêt du groupe complet dans un endroit sécuritaire par le capitaine de route
  • Vérification par le balayeur de la sécurité dans la situation en cours et correction s’il y a lieu
  • Évaluation de la situation et de l’état physique du membre
  • Communication (téléphonique) avec le groupe pour informer de la situation
  • Proposer la trousse de 1er secours (si elle est en sa possession)
  • Si la situation le nécessite, communiquer avec les services d’urgence santé (911)
  • Un officier doit rester avec le membre jusqu’à l’arrivée des services d’urgence et jusqu’au dénouement de la situation
  • Réorganisation des groupes et poursuite de la randonnée avec le groupe

Événement majeur en route (accident) :

  • Accident d’une (ou plusieurs) moto en cours de randonnée
  • Arrêt du balayeur du groupe avec le membre en difficulté
  • Arrêt du groupe complet dans un endroit sécuritaire par le capitaine de route
  • Vérification par le balayeur de la sécurité dans la situation en cours et correction s’il y a lieu
  • Évaluation de la situation et de l’état physique du membre
  • Communication (téléphonique) avec le groupe pour informer de la situation
  • ** Proposer la trousse de 1er secours (si elle est en sa possession)
  • Si la situation le nécessite, communiquer avec les services d’urgence santé (911)
  • Bon samaritain = accepter l’aide d’un bon samaritain pour les premiers soins appliqués selon l’expérience et la pertinence de la situation
  • Un officier doit rester avec le membre jusqu’à l’arrivée des services d’urgence et jusqu’au dénouement de la situation
  • Évaluation de la situation pour la poursuite de la randonnée (annuler où réorganiser les groupes et poursuivre la randonnée avec le groupe)

Numéros de téléphone

Services d’urgence: 911
H.O.G. prog. Assistance routière : 1 888 443-5896
Moto secours : 514 799-MOTO (6686) Sans frais 1 888 799-MOTO (6686)
Liste des membres HOG-MTL : Personne à rejoindre en cas d’urgence

Foire aux questions (FAQ)

Est-ce que j'ai l'obligation de porter secours à une autre personne qui se trouve en danger de mort?

Généralement, oui. La loi demande à chaque citoyen de porter secours à une autre personne dont la vie est en péril. Cette obligation existe par exemple, pour tout conducteur qui est impliqué dans un accident routier, mais aussi pour toute personne témoin d'une situation où une intervention urgente est nécessaire en raison des conséquences dramatiques qui peuvent en découler.
Par exemple : votre voisin s'effondre subitement sur sa pelouse, victime d'un infarctus. Vous avez l'obligation de lui porter secours en appelant les ambulanciers et en l'aidant physiquement, si vous avez les capacités et les connaissances pour le faire.
Vous accomplissez votre devoir de secours chaque fois que vous apportez personnellement l'aide physique qui est nécessaire dans l'immédiat de même que lorsque vous obtenez du secours en demandant l'aide de la police, des pompiers ou des ambulanciers.
Attention! Vous n'avez pas l'obligation de porter secours à autrui à tout prix. En effet, vous pouvez vous abstenir de porter secours à quelqu'un lorsqu'une intervention pose un risque pour votre propre vie ou pour la vie de d'autres personnes ou pour tout autre motif raisonnable.
Exemple: vous arrivez sur les lieux d'un accident impliquant des dizaines de victimes. Après avoir communiqué avec les services d'urgence, vous aidez les victimes les plus mal en point. En théorie, les blessés que vous n'avez pas eu le temps d'aider ne pourraient vous en tenir rigueur.
Ou encore : vous êtes témoin d'un accident où une voiture plonge dans une rivière. Si vous ne savez pas nager, vous n'avez pas l'obligation d'essayer de sauver la vie du conducteur en plongeant à votre tour dans la rivière. Vous avez toutefois l'obligation d'appeler pour obtenir du secours rapidement.

Si en situation d'urgence j'aide quelqu'un mais que, par la même occasion, mon intervention cause des dommages, peut-on me tenir responsable?

La loi prévoit qu'une personne qui porte secours à autrui ne peut être tenue responsable des dommages que son intervention peut provoquer. On appelle ce moyen de défense la règle du «bon samaritain».
Mais attention! Le secouriste ne peut pas utiliser ce moyen de défense si les dommages qu'il cause sont dus à sa faute intentionnelle ou à sa faute lourde :
Une personne commet une faute intentionnelle lorsqu'elle a l'intention de nuire à quelqu'un ou de lui causer un préjudice.
Exemple : vous détestez la victime et vous retardez le moment d'appeler du secours de façon à ce que la personne souffre de son état.
Une personne commet une faute lourde lorsque sa conduite dénote une insouciance, une imprudence ou une négligence grossière qui ne tient pas du tout compte des intérêts d'autrui.
Exemple : Pour sauver la vie d’un ami qui se noie, vous poussez des gens hors de leur embarcation et causez leur noyade

À quel genre de conduite est-on en droit de s'attendre d'un bon samaritain?

On s'attend d'un bon samaritain qu'il intervienne lorsque c'est nécessaire et qu'il mette en œuvre tous les moyens raisonnables qui ont une chance de succès pour remédier à la situation.
S'il n'y a aucune chance de succès, mais que le bon samaritain fait le choix d'agir quand même, il commet alors une imprudence grave. La règle est simple : le sauveteur doit être ni trop téméraire, ni trop imprudent, sinon il peut contribuer, par ses gestes, à aggraver une situation déjà difficile.
Les tribunaux excusent le geste maladroit du bon samaritain qui cause un dommage. Exemple: en pratiquant la réanimation cardiaque sur quelqu'un, vous lui brisez deux côtes. Vous ne pouvez être tenu responsable d'un tel geste malencontreux.
Les tribunaux n'ont pas la même clémence lorsque la cause du dommage résulte d'un geste téméraire de la part du bon samaritain.

© 2016 H.O.G. Chapitre Montréal. Tous droits réservés.